Search
Close this search box.

Avec le COVID-19, les marques vont devenir plus que jamais skyzophrènes (Tribune A.Peltier, AntVoice)

Avec le COVID-19, les marques vont devenir plus que jamais skyzophrènes (Tribune A.Peltier, AntVoice)

Le COVID-19 restera à tout jamais un phénomène majeur qui marquera ce début de siècle. C’est plus de la moitié de l’humanité qui s’est retrouvée confinée en quelques semaines. Pour la première fois, la santé est positionnée avant l’activité économique.

Du jour au lendemain, des pans entiers d’activités ne génèrent plus aucune vente, et la demande comme l’offre deviennent anémiques.

Cette pause, imposée, va t’elle profondément modifier les habitudes de consommation comme on peut l’entendre ici ou là,  ou est-ce simplement une pause avant le retour de la consommation de masse ? Quelques éléments de réponses.

Un impact modéré d’un point de vue sanitaire et cataclysmique d’un point de vue économique

Le COVID-19 trouvera incontestablement sa place dans les livres d’histoire. Plusieurs générations se souviendront de cette pause du monde entier durant plusieurs semaines.

Pourtant c’est loin d’être la pandémie la plus terrible, même dans l’histoire récente. Il n’y a pas si longtemps, en 1969, la grippe asiatique faisait plus d’un million de morts dans le monde entier vs les 200 000 décès actuels du coronavirus, et pourtant personne ne s’en souvient.

Toutefois, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la santé des femmes et des hommes est placée au dessus de l’économie. Jamais un tel choix n’avait été fait !

Si cette approche permettra sans doute de sauver des dizaines, voire des centaines de milliers de vies -et on ne peut que s’en réjouir !-, elle va plonger une large partie des économies nationales en crise totale et profonde.

C’est le second fait marquant, jamais une pandémie n’avait plongé l’économie en récession à ce point. Car cette crise, contrairement à celle de 2008, n’est pas simplement financière, elle touche l’économie réelle et son moteur principal, la consommation des ménages (et des entreprises), totalement grippée.

Retrouvez la suite de cette tribune ici 

Partager l'article sur :

LinkedIn

Newsletter

Inscrivez vous à notre newsletter pour reçevoir tous nos contenus.
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Abonnez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Ratecard et recevez les dernières actualités du marché de la publicité digitale chaque semaine